Errances dans l’Azerbaïdjan iranien

Après le moment de surnaturel de la zoroastrienne Takht-e Soleiman, je commence une grande boucle dans le Nord-Ouest iranien, à la frontière de l’Azerbaïdjan. Il y a beaucoup moins à voir que dans le Sud iranien (où sont Shiraz, Ispahan…) et j’enchaîne bus sur bus, taxi sur taxi. Cinq types d’errance…

...colossale à Soltaniyeh

A Soltaniyeh je visite le mausolée d’Oljeitu, colossal quadrilatère à coupole construit, au XIIe siècle, pour abriter des dépouilles sacrées et finissant par servir de dernière demeure à Oljeitu. C’est de cette paisible ville de campagne que les Mongols géraient l’Est de leur empire. Je pense à Sparte, dont il ne reste rien. A l’intérieur des échafaudages immenses occultent la coupole.

image

image

...humaine à Tabriz

Puis je passe par Tabriz, la capitale régionale, un temps capitale de l’Iran, aujourd’hui l’agitatrice, la brasseuse de cultures. Nicolas Bouvier, dans son périple de L’Usage du monde, y séjourne six mois. Je prends le thé avec des Tabrizis et je jette un coup d’oeil au portail de faïence qui fut dit-on le plus beau d’Iran avant d’être secoué par un tremblement de terre.

image

...surprenante à Ardabil

Je passe ensuite par Ardabil, et c’est une excellente surprise: une perle de mausolée. Accès par des jardins, cour de faïence, tombeau tubulaire mosaïqué du nom d’Allah, chambre de bois peint, cabinet de curiosités de porcelaines chinoises.

image

image

image

image

image

image

image

...pittoresque à Masuleh

Enfin, je fais un crochet pour visiter le village de Masuleh, soit-disant l’un des plus jolis d’Iran – les toits des maisons servent de terrasse aux maisons d’au-dessus. C’est une fête foraine pour touristes iraniens. Je ne m’attarde pas…

image

Vous pouvez accéder aux articles contigus de ce carnet:<< Takht-e Soleiman, citadelle zoroastrienneNomades iraniens en pâtures d’été >>

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *